White Crush
Le blanc n’a pas de saisons. Chaque jour, osons lui faire notre déclaration. Blanc minimaliste, blanc nuptial, blanc bohème, blanc chic, blanc futuriste : le monochrome n’a jamais eu autant de saveurs. Il colle à chacune de vos humeurs. Comme un baiser déposé au creux de l’hiver, le blanc adoucit vos tenues, illumine votre mine, et réchauffe votre cœur. White crush.

Revenir à ses premiers amours... Avec ce total look en vinyle blanc, la maison Courrèges redonne vie à une matière laquée, transgressive et originale qu’elle avait contribué à populariser au tournant des années 60.
Contre-pied de l’immaculé blanc, l’iconique minijupe trapèze et son blouson assorti, structurés et texturés, aux allures résolument futuristes quoiqu’un peu (et délicieusement) rétro, forment un clin d’œil savoureux à la légendaire Guerre des étoiles, Daft Punk, ou à nos premiers casques de réalité virtuelle. Symbole d’une nouvelle modernité. Le vinyle serait-il le nouveau cuir ?

Pour adoucir le rutilant du vinyle, on l’associe à une maille côtelée à manches longues en coton et cachemire, Courrèges pour toujours. D’une douceur et d’un confort extrême, elle réchauffe votre corps, quand vos jambes restent audacieusement dénudées.
N’est-il rien de plus évident que la matière pour graver ses mots ? Amour, politique, société : en 2018, la mode s’engage. Plus que jamais, elle fait parler, réfléchir. Cette proposition, fruit de la collaboration entre la poète anglaise Greta Bellamacina et EAachxOther, s’illustre sous la forme d’une robe chemise maxi fluide, confortable, indignée, où le blanc pur se teinte du poème de Greta.
« La mode doit être fun », lâchait la jeune femme. Et elle l’est, associée au t-shirt imprimé licorne du label responsable et engagé RE/DONE, qui en assume totalement son aspect régressif. Presque punk.
Dernier ornement de ce look contrastant avec la pureté d’un blanc minimal, les mules scintillantes Dora Teymur, couleur argent et délicatement décorées d’une maxi-boucle.
Retour au romantisme et au bohème, avec ce corset à manches bouffantes ornées d’un délicat volant signé Jonathan Simkhai. Le créateur américain se plait à manier l’équivoque : le corset confine ici à l’intime, au fantasme nuptial, mais reste manifestement sage, sur la retenue, grâce à ses manches oversize recouvrant jusque la moitié des paumes des mains... Le coton vous assure un bien-être au plus près du corps.

Le monochrome immaculé est cassé par la couleur vive des chaussures Ermanno : comme un fait exprès, le choix du rouge, délicieuse allusion à l’amour, la passion. Instant crush... Vous vous projetez déjà sans doute un peu sur la plage de sable blanc d’une île édénique.